En 1860 arrive à Tàrrega le chemin de fer de la ligne Barcelone – Manresa – Lleida. Ce fait et la construction des années précédentes, en 1854, de la route de Montblanc à La Seu, puis de la route de Tàrrega à Balaguer et à Alcarràs, ainsi que la route royale entre Madrid et Barcelone, ont placé la encore Villa de Tàrrega, comme point stratégique de communication entre la mer et la montagne et entre la Catalogne intérieure et la Catalogne industrielle.

Image du quai de chargement et de déchargement mettant en évidence le hangar en bois et la grue. (Photo : Carles García).

L’existence de ces infrastructures a été fondamentale pour le développement futur du secteur commercial et des services de l’Urgell pendant une bonne partie du XXe siècle. L’aire d’influence de Tàrrega et des populations voisines s’étend bien au-delà de sa région naturelle. Les nouveaux investissements ont attiré la population et la main-d’œuvre de la Segarra et de l’Urgell. La création de richesses a donné lieu à des initiatives sociales, civiques, éducatives et culturelles qui ont jeté les bases d’un esprit culturel, commercial et industriel si propre à nos terres.

Photo de la saison enneigée. On peut observer à droite la structure du hangar en bois des quais de la voie. (Photo Familia Palou – Català).

L’ensemble patrimonial de la gare de Tàrrega conserve, dans sa zone nord, un espace ferroviaire important et singulier du XIXe siècle, de grande valeur historique et constitué d’un quai ou d’une plate-forme de chargement surélevé avec des carreaux de pierre bien travaillés, au-dessus duquel se trouve un entrepôt en bois artisanal, la structure en fer d’une couverture en tuile plate, en cours de restauration, et une grue située près de la route, également très bien restaurée par l’école de formation municipale “La Solana”.

Grue des quais de la voie fabriquée au XIXe siècle en Angleterre. Pendant plus de 150 ans elle a toujours été à cet endroit. (Photo Jaume Ramon). 

Dans la publication URTX nº 10 du Musée régional de l’Urgell, Roger Costa Solé, diplômé en géographie et histoire et technicien du patrimoine ethnologique du Département de la Culture de la Généralité de Catalogne et Carles Garcia Hermosilla, directeur du Musée Industriel Ter, affirment : “A Tàrrega, la station conserve encore un ensemble intéressant. Le plus remarquable est le quai de chargement et de déchargement, avec un hangar en bois et une structure en fer qui doit être du début du siècle et la grue dont nous devons faire ressortir l’arbre en bois, fabriqué en Grande-Bretagne”. La grue conserve dans sa partie inférieure le nom de la société fabriquant “Lloyds – Foster & Company” et le nom de la ville anglaise de Wednesbury, située à mi-chemin entre Manchester et Birmingham.

À la base de la grue, on lit parfaitement sa provenance : “Lloyds – Foster & Company” – Wednesbury “. (Photo Jaume Ramon). 

L’ensemble du patrimoine des quais de la voie est municipal, fruit d’une convention urbanistique signée entre RENFE et la municipalité de Tàrrega en 2003. Cette convention a permis de récupérer pour la ville un patrimoine industriel de grande valeur historique, ainsi que la construction d’un parking public de véhicules et le démarrage des travaux de réhabilitation de la grue et de l’ensemble des quais de chargement par l’École la Solana de Tàrrega. L’objectif de la remise en état était de les adapter et de les intégrer en tant qu’espace public à usage civique et culturel. Les travaux de remise en état ont été arrêtés par décision politique du gouvernement municipal en 2011.

Entrepôt et couvert pendant la restauration et la réhabilitation, qui s’est arrêté en 2011. (Photo Jaume Ramon). 

Nous espérons que les futurs projets envisagés en ce lieu profiteront, respecteront et intégreront l’ensemble patrimonial et historique des quais de la voie. Ils sont un attrait culturel qui plaît à tout le monde et qui deviendra avec le temps un point de visite touristique obligatoire.

Jaume Ramon Solé.

Le quai et la couverture de la voie. Une image suggestive du charme de l’endroit en un jour de brouillard. (Photo Jaume Ramon).

1. URTX numéro 10. “Patrimoni Industrial de l’Urgell”, 1997. Roger Costa Solé et Carles Garcia Hermosilla.

Comments are closed.