Environnement

🌿 Tout ce que vous voulez savoir sur notre environnement

Aux Plans de Conill, sauvons les “Limonium catalaunicum”

 

Aux Plans de Conill, sauvons les “Limonium catalaunicum”

 

Il existe un lieu proche, le nôtre, magique et oublié, où la vie et la nature font leur simple chemin quotidien.

C’est un endroit à l’abri des foules et de la présence humaine. Pendant quelques rares jours de l’année, l’homme et la machine semblent semer et récolter. Le reste du temps, le paradis est réuni avec lui-même, comme il l’a toujours fait, depuis des dizaines de milliers d’années.

L’originalité de ce site réside dans le fait que ses caractéristiques géographiques ont permis la sauvegarde et le maintien de certains habitats naturels menacés d’extinction.

En plus de faire partie d’une zone naturelle protégée, Los Plans de Conill est un lieu exceptionnel car il s’agit de l’un des derniers vestiges de lagunes endoréiques en Catalogne. Le torrent Sant Gili est un réseau hydrographique court et petit qui ne trouve pas d’exutoire, c’est pourquoi les eaux de surface se drainent dans les secteurs les plus déprimés et forment des lagunes et des zones humides saumâtres, dans un endroit connu sous le nom de « Salats de Conill”. Cela signifie que des espèces végétales telles que « Limonium catalaunicum » et « Ferula loscosii », déclarées respectivement en danger et vulnérables dans le catalogue de la flore en danger de Catalogne, sont présentes.

On dit de la Catalogne et des Catalans que nous sommes un pays civilisé, que nous aimons notre peuple, notre culture, notre langue, notre paysage, nos traditions, notre nature. ….. Mais dans le cas de l’usine de traitement des déchets Plans de Conill, située dans la commune d’Ossó de Sió, à quelques centaines de mètres de la commune de Tàrrega, à 1,1 km du village de Conill, la réalité confirme que notre administration agit dans l’inconscience la plus totale et dans la plus incohérente des incongruités.

Une des rares plantes qui portent le nom de notre pays, le « Limonium catalaunicum », est en danger d’extinction dans notre pays avec seulement 245 spécimens recensés dans les Plans de Sió. Les deux seuls autres endroits où l’on trouve des espèces végétales sont en Aragon. C’est le botaniste italien Sandro Alessandro Pignatti qui, en 1962, a décrit et classé le “Limonium catalaunicum”

Je ne peux imaginer aucun pays au monde dans lequel un Journal Officiel du 4 février 2016 (21ème siècle) publie l’autorisation pour une usine de composter du fumier de bovin, du fumier de poulet et du lisier de porc à l’endroit le plus vulnérable pour la conservation de ces quelques spécimens de cette espèce végétale. En outre, la même déclaration d’incidences sur l’environnement ose dire que l’usine de compostage sera située dans une zone naturelle de la plaine agricole incluse dans le réseau Natura 2000 et qu’ »elle modifiera la qualité de l’habitat des espèces d’oiseaux des steppes présentes dans cette zone » et qu’elle reconnaît également que « l’incidence que l’installation de cette activité de compostage des effluents d’élevage aura sur le milieu naturel et le paysage est modérée ». Une déclaration d’impact sur l’environnement qui ignore également le fait que l’implantation de l’usine de compostage au milieu d’un réseau hydrographique en cul-de-sac entraînera un ruissellement superficiel des eaux de pluie qui contaminera et éliminera toute espèce végétale existante dans les parties les plus vulnérables de la lagune naturelle.

Nos représentants politiques ne peuvent pas permettre à notre administration de tourner le dos à notre patrimoine le plus précieux et d’être aussi insensible aux valeurs naturelles et écologiques du pays ou de la commune qu’elle est censée servir, même pour un instant de plus. Il est toujours possible d’agir pour le bien commun, si la volonté politique et civique est présente.

Pourrons-nous admettre, sans en avoir honte, que la Generalitat de Catalogne a condamné à mort l’extinction en Catalogne d’une des rares plantes qui porte le nom de la Catalogne ? Quel affreux ridicule !!!

Les biologistes et les botanistes recommandent une protection maximale du Limonium catalaunicum, avec des mesures visant à faire germer les graines dans des banques de germoplasme, à restaurer l’habitat des lagunes, à replanter de nouveaux spécimens pour créer de nouvelles réserves et à effectuer un suivi fréquent des populations.

Nous ne sommes peut-être plus à l’heure pour préserver et protéger les Plans de Conill, l’un des habitats les plus uniques de notre région. Mais il est encore temps de l’empêcher dans son meurtre avec préméditation et intention de nuire.

Jaume Ramon Solé.

http://www.vilaweb.cat/noticies/la-planta-de-compostatge-dosso-de-sio-rep-el-vistiplau-definitiu-del-govern-i-els-opositors-miren-cap-a-brussel%C2%B7les/

http://www.magrama.gob.es/es/biodiversidad/temas/inventarios-nacionales/985_tcm7-149587.pdf

http://ichn.iec.cat/WebSortides/Plans_SIO/CONILL_pagines/Conill_presentacio.htm

https://es.wikipedia.org/wiki/Limonium_catalaunicum

🖐🏼 Activités connexes:

Partager le sujet
Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
Share on pinterest
Share on whatsapp
Share on email