Environnement

🌿 Tout ce que vous voulez savoir sur notre environnement

La beauté en cage

Le dicton populaire dit que « El veranillo de Sant Martí fait venir tous les oiseaux ». Avec l’arrivée des premiers froids, une multitude de petits oiseaux arrivent dans notre pays, qui vont rester avec nous pendant l’hiver.

 

Chardonneret stol (Carduelis carduelis).
Chardonneret stol (Carduelis carduelis).

 

Il s’agit essentiellement des oiseaux fringillidés, si populaires et bien connus pour leur chant et leurs couleurs, tels que les chardonnerets, les linottes, les trémies, les verdiers, les pinsoniens et les pinsons.

 

Stol de linotte (Linaria cannabina). Hommes en bas et femmes en haut.
Stol de linotte (Linaria cannabina). Les hommes en bas et les femmes en haut.

 

Ces oiseaux passent généralement l’été sous des latitudes plus septentrionales et, au milieu de l’automne, ils descendent passer l’hiver dans nos contrées, où ils disposent de la nourriture nécessaire pour survivre pendant l’hiver.

 

Le Tarin (Spinus spinus), appelé lucito dans les îles, et gabachete, llogueret, joqueret, luidet, niueret, llauisset, nic, niquet, nyic, nyiquet, tiro, tiroret, franceset, mentirón, mentirillo, lliberal dans le pays valencien.
Le Tarin (Spinus spinus), appelé lucito dans les îles, et gabachete, llogueret, joqueret, luidet, niueret, llauisset, nic, niquet, nyic, nyiquet, tiro, tiroret, franceset, mentirón, mentirillo, lliberal dans le pays valencien

 

L’état de conservation de ces oiseaux en Europe est sûr, mais en Catalogne, on constate une forte détérioration de la population de toutes les espèces, qui sont désormais officiellement dans un état vulnérable et menacé, bien qu’elles soient protégées par la loi de protection des animaux de la Generalitat depuis 2008, et que leur possession, leur chasse et leur capture soient strictement interdites.

Il y a probablement plusieurs causes à ce déclin de la population des fringillidés. Modification des habitats naturels en raison du déclin des friches et des zones arbustives. L’empoisonnement progressif et cumulatif des campagnes par les engrais chimiques, les pesticides et les herbicides. Culture extensive et intensive de grandes surfaces agricoles qui laissent peu de place aux bordures et aux arbres. Tout ceci conduit à l’élimination des herbes sauvages et des sites de nidification et à la réduction drastique de nos populations d’oiseaux.

Une autre cause probable et controversée de la diminution de la population des oiseaux fringillidés a été la chasse massive au filet et au piège, ou la chasse populaire à la brindille, au gui et à la ronce, comme on le faisait, jusqu’à ce qu’elle soit interdite chez nous.

Les oiseaux les plus prisés par les volières étaient les chardonnerets et les linottes. Ces oiseaux ont un beau chant mélodique, un beau plumage et survivent facilement en captivité. Pendant des siècles, leur double beauté a conduit les humains à les mettre en cage afin de devenir les geôliers de leur liberté.

 

Arrêter le bouquet et ternir les ronces. 1930s.
Arrêter le bouquet et ternir les ronces. 1930s.

 

De tous, la cadenera est la plus sauvage et la plus angoissée, mais son chant est parmi les plus agréables et les plus appréciés . La linotte a un caractère plus calme, avec un chant varié et mélodieux semblable à celui du canari. Le siskin, avec son chant parfois monotone mais aussi long et varié, était également apprécié pour sa sociabilité et vivait souvent dans la maison avec la porte de la cage ouverte. Le verdier, plus grand et plus robuste, était également très apprécié.

La chasse à la brindille suivait un rituel et des préambules, qu’il fallait respecter étape par étape. Les jours précédant la chasse, il fallait préparer les ronces (deux brindilles d’orme attachées ensemble en forme de croix, plus courtes en haut qu’en bas) et en fabriquer de nouvelles. Il a fallu aller fournir du gui (colle végétale) à cal boter, et aller serrer la branche de chêne vert et la pièce où planter et arrêter l’arbre, ainsi qu’établir le point d’observation le plus adéquat pour le lendemain.

 

Définition de la ronce selon le dictionnaire Alvover-Moix, ou Dictionnaire Catalan-Baléare-Valencien.
Définition de la ronce selon le dictionnaire Alvover-Moix, ou Dictionnaire Catalan-Baléare-Valencien.

 

 » C’était une nuit noire, quand nous avons gravi la côte du faubourg du Carmen en allant vers Ofegat, chargés des cages des réclamations bien couvertes, et nous étions bien emmitouflés, avec le petit déjeuner et la botte dans le sac, et le gui et les ronces dans le sac. Nous étions en route vers la parcelle où nous avions planté le bouquet la veille, pour que tout soit prêt à l’aube.

Avant que le jour ne se lève, il était temps de placer les demandes sous l’arbre, de mouiller le gui des pantoufles avec des doigts froids et humides, de les poser sur le bouquet, et d’aller dans la cachette pour attendre que le jour nouveau éclate.

Peu à peu, du silence le plus profond de la nuit, l’aube a commencé à réveiller la nature dans des moments toujours uniques et magiques. Depuis les cages, les appels commençaient à chuchoter, et très tôt, une linotte, une chouette, un verdier ou une volée de chardonnerets répondaient, depuis les marges les plus proches, attirés par le chant des appels, qui utilisaient toutes leurs forces pour les appeler et les faire venir là où ils étaient en cage.

Tôt ou tard, un groupe d’oiseaux se dirigeait vers le bouquet et lorsqu’ils se posaient sur les pantoufles, ils tombaient au sol, piégés par le gui collant. Il était temps de sortir de sa cachette et de courir vers le bouquet pour ramasser les oiseaux au sol, les décoller du gui, les nettoyer et vérifier s’ils étaient mâles ou femelles. Les mâles sont allés dans la cage et les femelles ont été relâchées. »

Que le témoignage reste un souvenir du passé. Aujourd’hui, il est possible d’apprécier la beauté et le chant des oiseaux sans les chasser ou les mettre en cage. Sa capture photographique est une activité en plein essor, qui ne cause pas de dommages à l’environnement, et permet la diffusion et l’appréciation de notre patrimoine naturel.

 

Jaume Ramon Solé.

Publié dans le Nova Tàrrega. Novembre 2015.

🖐🏼 Activités connexes:

Partager le sujet
Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
Share on pinterest
Share on whatsapp
Share on email