Environnement

🌿 Tout ce que vous voulez savoir sur notre environnement

Le renard : patrimoine de la Segarra et de L’Urgell

Renards mâle et femelle en période d'accouplement à Torre del Codina.
Renards mâle et femelle en période d’accouplement à Torre del Codina.

 

« C’est la fin de l’été. Pour le renard né au début du mois de mars de cette année, dans un terrier près de notre maison, c’est le pire moment de sa courte existence.

Un petit frère, abattu par des chasseurs au début de la saison de chasse, à la mi-août. Un autre a été piétiné sur la route par un quad fou, comme d’autres qui meurent sur les routes. La mort la plus terrible a été celle d’un renard adulte de la famille, dans un piège caché parmi les branches au sol, qui lui a coupé la patte. Elle s’est vidée de son sang après deux nuits, au milieu de gémissements de douleur, et remplie d’un chagrin que son instinct n’oubliera jamais. « 

Generalitat de Catalunya : Saison semi-fermée 2015-2016:
Du 15 août au 15 septembre.
Espèces : Caille, tourterelle des bois, tudó, pigeon biset, étourneau sansonnet, mouette rieuse, mouette à pattes jaunes et renard.

Selon les données d’IDESCAT, 5 925 renards ont été chassés en Catalogne pendant la saison 2013/2014, dont 1 787 dans la région de Lleida.

slideshare.net/…aumeramonsole/memoria-caa

Le renard (« Vulpes vulpes »), également appelé renard, fox ou renard, est un mammifère de la famille des canidés. Dans notre région, c’est un animal omnivore et opportuniste qui se nourrit de tout, et qui est fondamentalement frugivore et insectivore . Les études menées par les biologistes Joan Barril et Isabel Mate dans leur livre « Le renard en Catalogne », basées sur des analyses fécales, ont déterminé que les renards se nourrissent principalement de fruits et de graines, d’insectes et d’invertébrés, et de micromammifères. L’apparition d’oiseaux et de lapins dans leur alimentation est occasionnelle (dans de nombreux cas, il s’agit d’animaux malades ou déjà morts). La consommation d’espèces de gibier varie dans les zones où la densité de population d’oiseaux ou de lapins est élevée..

 

Joan Barril et Isabel Mate « Le renard en Catalogne ».

 

Curieusement, il est frappant de voir comment l’image traditionnelle véhicule une iconographie du renard comme animal carnivore. Il est également courant que les contes, les chansons et la mémoire populaire et collective considèrent le guineu comme une bête golafre, sournoise, méfiante et malicieuse, toujours à l’abreuvoir des enclos pour voler les poules qui ne sont plus.

En revanche, la réalité du renard, étudiée scientifiquement par des biologistes du monde entier, montre qu’il s’agit d’un animal fascinant. Rien à voir avec l’image diabolisée qui, exploitée par certains intérêts, la condamne à devenir la victime d’une chasse et d’une capture aveugles au XXIe siècle.

 

Renard photographié à La Torre del Codina.
Renard photographié à La Torre del Codina.

 

Le renard possède une incroyable capacité olfactive qui lui permet de sentir une taupe à un mètre sous terre, ou d’identifier un autre renard à grande distance, grâce à ses glandes supracaudales. Il utilise son ouïe pour mesurer les distances, pour avertir d’un danger ou pour recevoir les communications de ses semblables. Leur visibilité de nuit est totale, et la sensation de la fourrure sensible sur leurs pattes et leur museau leur donne la certitude de savoir où ils se trouvent à tout moment.

En plus de ses capacités physiques et sensorielles, le renard s’est avéré être un animal doté de mémoire et d’intuition. Elle est habile et s’adapte à son environnement comme aucune autre, elle est pleine d’esprit et rusée, intelligente et avisée, capable d’improviser des stratégies complexes pour survivre.

Le renard sait qu’être imprudent signifie sa mort. Mais les renards ont malheureusement une faiblesse : leur sens du goût ne leur permet pas de détecter la saveur du poison. Dans de nombreux endroits, ils ont été massivement empoisonnés au cours des dernières décennies..

Les humains utilisent l’arme de la diffamation pour rendre l’auteur responsable de tous les maux. Quand une épidémie d’origine humaine décime le petit gibier, c’est la faute des renards. Quand un chien a la gale, c’est la faute des renards. Lorsque les oiseaux et les perdrix disparaissent, empoisonnés par les produits agrochimiques que nous déversons sur les champs, c’est la faute des renards.

Le seul défaut du renard est qu’il est un bel animal. Leur fourrure douce, blonde, crème ou anthracite, est le seul objet d’une chasse aveugle, permise par un supposé contrôle des densités de population de renards.

En tant que canidé, et en tant qu’animal adaptable, le renard a une organisation sociale diverse et complexe. Le groupe familial se compose d’un mâle dominant et territorial, d’une femelle reproductrice et de deux ou trois femelles auxiliaires subordonnées, ainsi que des petits. Sporadiquement, il y a un aide mâle subordonné qui coopère à l’élevage d’une portée en fournissant de la nourriture.

Le groupe familial domine une zone territoriale, en fonction de la nourriture disponible pour sa survie, et défend toute incursion de congénères par des ruses complexes. Le groupe familial, en tant qu’organisation sociale territoriale, régule sa propre reproduction et la densité de population du territoire.

 

Renard protégé pour une mise à l'abri prolongée avec ses petits. La Torre del Codina.
Renard protégé pour une mise à l’abri prolongée avec ses petits. La Torre del Codina.

 

L’habitat idéal du renard est un paysage mixte composé de zones boisées sèches, de petites collines et de petits espaces ouverts. Le changement d’habitat affecte leur répartition territoriale, ainsi que la construction d’infrastructures et la fermeture physique de grandes parcelles rurales.

La Segarra de collines et de marges, mêlée à la plaine de l’Urgell par des vallées et des comas, est l’un des habitats préférés de nos renards. Nous, les humains, qui vivons ensemble sans le savoir, ignorons presque tout à son sujet.

Nous sommes un pays privilégié, avec un peuple ouvert et affirmé, avec un paysage magnifique comme peu d’autres. Une terre qui nous offre des produits authentiques et de qualité. Avec un patrimoine artistique et architectural unique et splendide. Nous sommes un pays où l’histoire peut être ressentie dans chaque endroit et chaque coin. Nous disposons également d’un immense patrimoine naturel à découvrir et à admirer.

Rencontrez et admirez le renard. Le respecter et l’observer. Diffuser ses valeurs et son caractère unique en tant qu’espèce adaptée à notre environnement. Faire du renard un symbole et un point de référence pour les régions d’Urgell et de Segarra.

Si nous le voulons, nous avons un nouveau travail, immense et passionnant, sur les bras. Le renard nous attend, pour récupérer avec lui le patrimoine en pierre sèche, fait de margelles et de cabanes, où il a son repaire.

« Il avait appris à gratter et à chasser. D’abord comme un jeu, creusant dans les lits chauds avec ses frères, chassant les mouches avec ses troncs. Les rebonds et les mille culbutes bizarres, que le corps agile d’un renardeau était capable d’effectuer. Ils se cachaient silencieusement dans l’endroit le plus approprié et se jetaient les uns sur les autres à la moindre inattention. C’était le jeu le plus utile de sa vie : vivre toujours en alerte, trouver de la nourriture, chasser ou éviter d’être chassé.

Se souvenir de tout. Chaque endroit, chaque odeur et chaque pierre. Se souvenir des bruits, des branches et des chemins, attentif au moindre changement, attentif à tout, attentif au moindre piège. Ils apprennent à parler et à communiquer, à reconnaître les leurs, rien qu’à l’odeur de l’air. Mesurer les distances à l’oreille. Savoir où l’on est, par la sensation de ses pieds sur le sol. Sentez et sentez la taupe sous le sol, grattez jusqu’à ce que vous la trouviez. Savoir voir et savoir regarder, pour que tout aille ensemble, de jour comme de nuit ».

Jaume Ramon Solé.

1.- « Le renard en Catalogne ». Joan Barrull et Isabel Mate. « Collection Natura n° 4 ». « Ediciones LA AGUJA de cultura popular ». Tarragona. Novembre 2007.

2.- « Régime alimentaire du renard (Vulpes vulpes) dans le parc naturel de Sant Llorenç del Munt et de l’Obac ». Tomàs Ballesteros Salla et Artur Degollada Soler. « 5ème rencontre des érudits de San Lorenzo del Munt et de l’Obac » Monographies 35, Barcelona 2002.

3.- « Régime alimentaire annuel du renard, Vulpes vulpes, dans deux habitats du parc national de Doñana ». José María Fedriani. « Station biologique de Doñana (CSIC). Sevilla 1996.

🖐🏼 Activités connexes:

Partager le sujet
Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
Share on pinterest
Share on whatsapp
Share on email